26 février 2008

Agony

Le Pérugin

Ce devait être le plus beau jour de ma vie. J'attendais ce mardi 26 février depuis plusieurs semaines, piaffant d'impatience, exultant chaque fois qu'une de leurs chansons se glissait fiévreusement dans mes oreilles. Je rêvais de sang sur les murs. Je rêvais de pieds écrasés et d'orteils écartelés. Je rêvais de corps transpirants, de corps remuants, de corps excités. Je rêvais de sourires étourdis, de rifles acérés, de rythmes ulcérés, de sons exaltants. J'imaginais déjà la violence de l'événement devenu incontournable à mes yeux. Un défi contre la mort. La musique comme seul moyen de défense. Et quelle musique ! Du rock pur et dur. Energique, déjanté et violent. Du punk celtique comme je l'aime. Sûrement à cause de mes origines bretonno-normandes.

En lieu et place du spectacle tant attendu, le vide. L'espace-temps s'est arrêté à la seconde où j'ai appris la terrible nouvelle. Je ne ressens plus rien. Que la rage et le désespoir. C'est aussi douloureux que si des dizaines de flèches pénétraient dans ma chair meurtrie à jamais par ce grand détournement. Je suis le Saint-Sébastien de la nuit parisienne. D'attente fébrile en dénouement tragique, c'est ma raison de vivre qui s'envole. Les larmes qui perlent sur mes joues rougies n'y changeront rien : le concert de The Tossers à La Maroquinerie est annulé.

Et je ne sais même pas pourquoi !

3 commentaires:

Antoine a dit…

Et si toi, fidèle lecteur, tu veux me consoler en ce jour funeste, je te rappelle que les Dropkick Murphys, la référence en terme de punk celtique, jouent au Bataclan le soir de mon anniversaire... Tu peux donc faire d'une pierre, deux coups, me faire un cadeau d'anniversaire qui illuminera cette terne journée d'hiver !

massilimanga a dit…

Pauvre Saint Sébastien... si ça peut vous aider, sachez tout de même que le jour où vous recevrez des flêches et carreaux d'arbalète (pour de vrai) dans le corps, ça vous fera encore plus mal. Je vous suggère donc d'user dès aujourd'hui de produits tranquilisants comme le chocolat, le chocolat ou le chocolat avec une dose de senteur d'Ylang-Ylang connu pour ses propriétés calmantes. Sinon, si vous avez un CD/vinyl, des lumières et des clics clac de photographes (;))vous pourriez reconstituer une scène personnelle. Enfin, d'excellents thérapeutes existent sans doute dans votre ville-lumière, ils peuvent vous aider à surmonter cette terrible crise. Je suis de tout coeur avec vous même si je ne connais rien à la vie urbaine et si l'appel des lumières se résume au lever du soleil pour commencer sa journée (et oui, ça existe malgré l'ordinateur!). Bon courage.

Marc-Antoine a dit…

"Le plus beau jour de ta vie..." C'est pas un peu exagéré?