06 octobre 2009

Scie

Ben Johnson

J'aimerais m'acheter une scie. Une belle scie aux dents aiguisées, fines et tranchantes. Pas trop grande. Pas trop petite. Facile à entreposer. Facile à manier. J'ai l'intention de l'utiliser. Régulièrement. Pas maintenant. Bientôt. Scier. Scier. Scier, moi j'aime scier. Cela te semble curieux non ? Tu es intrigué par mon introduction n'est-ce pas ? Une scie ? À Paris ? Tu t'interroges. Tu te poses des questions. Tu aimerais laisser un commentaire pour en savoir plus sur mon obsession pour un outil qui te semble inutile à première vue. Tu n'oses pas. Tu as tort. Tu devrais toujours laisser des commentaires sur mon blog. Tu ne le sais pas mais je te surveille. Je note tes passages. Je connais ton adresse IP. Je te piste. Je sais combien de temps tu passes par article. Ceux que tu lis attentivement et ceux que tu survoles. D'ailleurs, ces derniers temps, tu les survoles de plus en plus souvent n'est-ce pas ? Mes textes passent par un œil et ressortent par l'autre, occupé à lire la logorrhée écrite de quelqu'un de plus intelligent ou de plus beau que moi. Tu préfères dévorer la merde d'un autre connard plutôt que t'abreuver de ma prose si percutante, essentielle pour me comprendre et comprendre le monde qui t'entoure.

Tu ne sais pas encore ce qui t'attend. Sinon tu serais plus attentif. Tu passerais quelques minutes de plus sur mon blog pour laisser un commentaire, une trace de ton passage, une vraie preuve d'affection, comme le veut la tradition. Effectivement, dans un mois, dans six mois, dans un an, je t'inviterai. T'inviter à manger une de mes recettes, une de mes dernières créations culinaires, à boire un verre. Juste un verre tu diras. Finalement, on terminera la bouteille et on en ouvrira une seconde. Je prendrai soin de toi. Je te mettrai en confiance. Et puis, lorsque tu auras complètement relâché la pression, je passerai à l'action. Je t'attacherai. Tu protesteras. Tu chercheras à comprendre. Les pulsations de ton cœur s'accéléreront. Je sortirai la scie du placard dans lequel je l'avais rangée. A cet instant, tu repenseras probablement à cet article. Tu ne voudras pas y croire. Tu penseras que je suis en train de blaguer, que je cherche à t'effrayer. Je garderai le sourire. Peut-être même que je rirai en voyant ton visage pâlir, ta tête se décomposer. Je me saisirai de la scie, d'une main ferme. D'abord un doigt, puis un deuxième. Tu me jureras que désormais tu laisseras de nouveaux commentaires à chaque article. Trop tard. Il sera trop tard pour faire machine arrière. J'achèverai mon œuvre. Un à un, je scierai tes doigts, n'ayant cure de tes cris, de tes pleurs, de tes supplications. Je jubilerai à l'idée que ta vie est foutue. Même te branler te sera impossible.

Des commentaires, je veux juste des commentaires.
Maintenant.
Après, il sera trop tard.

6 commentaires:

JMV a dit…

Nous inviter à manger une de tes dernières créations culinaires? Ah bon! parce qu'il y en a depuis l'omelette au surimi?

Orane a dit…

Même pas peur d'abord !

Sweety a dit…

J'ai besoin de mes doigts pour "infographier" alors je poste ... au cas où je recevrais une invitation d'ici 6 mois mdr !

Rottluff a dit…

Haha !
Et oui, je suis un des lecteurs furtifs de ce blog. Lecteur, non pas parce que je voue une admiration passionnée pour ta prose si « percutante », mais parce qu’il y a certaines images qui éveillent l’œil. Et furtif, par méfiance et prévention du subterfuge. Bien que pris au piège, ne vas pas imaginer l’alevin affolé cherchant un trou dans les mailles du filet. Moi aussi j’ai une scie, et le vin comme allié.
1ère remarque, cette faute de grammaire : « Soyez gentils ou je SERAI méchant... ». Confusion entre le futur simple et le conditionnel présent, faute très courante, même dans les médias.
Comme j’ai pris la liberté de rendre à cette menace toute sa crédibilité, j’estime que tu n’as pas à m’en tenir rigueur.

JMV a dit…

Ta théorie, Antoine, n'est pas conforme à ta pratique! Tu as plusieurs commentaires en retard sur mon blog! Et ça ne va plus!

Victor a dit…

Je laisse un commentaire! Une preuve d'affection! Ton article me fais très peur! Je tien a mes doigts, il sont si beau! La scie a métaux est plus adapter pour couper des membres! Que celle mise en photo "scie dessus"(hahahahaha). Encore qu'avec un peu de bonne volonté on peu facilement couper un doit avec une scie a bois!
A très bientôt!