02 juin 2008

Facebook addict


Depuis maintenant un mois ou deux, je fais partie de l'immense communauté Facebook. Pourtant, je peine toujours à trouver un quelconque intérêt à ce genre de sites communautaires. C'est pourquoi, je me suis empressé de rejoindre le groupe A la recherche du sens de facebook. Effectivement, ma grande passion depuis que je suis une entité virtuelle référencée sur la toile mondiale, c'est de rejoindre des groupes plus exubérants les uns que les autres. Ainsi, adhérer aux groupes Facebook est devenu une Drogue et j'assume pleinement mon addiction. Cette addiction peut vous permettre d'en apprendre davantage sur moi (Ce que je prefère chez moi c'est ma modestie ^^), sur ma personnalité hors du commun (C'est mal de critiquer mais c'est plus fort que moi!), sur mes goûts d'excellence (Ceux pour qui les mots "glaces Amorino" veulent tout dire ou I love the Tokaji wine), sur mon quotidien riche en émotions (Le premier geste quand j'arrive chez moi est d'allumer l'ordinateur), sur mes opinions politiques (Je suis de gauche sur facebook et je l'affirme!), sur mes vacances (I love Noirmoutier ou Noirmoutier est la plus belle île du monde), sur mes passions (Vélib attitude), sur mes pratiques étranges (I Use my Cell Phone to See in the Dark), sur mon physique (J'ai la barbe rousse mais je suis châtain), sur mon enfance (When I was a kid, I had tons and tons of Legos), sur mes aspirations (Viens, on devient trader pour couler des banques), sur mon intellect (I Think I Think Too Much), sur mes loisirs (Wii Gave Me Unrealistic Expectations About My Bowling Skills), sur mes phobies (Pour l'extermination des guêpes et de leurs dérivés), sur mes études (Les historiens de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ou les probabilités, ça pue du cul), sur ma vie sentimentale (Je suis génial, mais le sexe opposé ne s'en rend pas compte).

Ces groupes, d'une certaine manière, me définissent (Je n'aime pas que l'on me parle le matin). Ils sont le prolongement de ma pensée (J'en ai marre d'être un loukoum mais j'ai la flemme d'y remédier) et m'apporte le sentiment que je ne suis pas seul dans l'univers à partager certaines caractéristiques. Ainsi, je suis satisfait d'apprendre que nous sommes près de 20 000 membres à retourner régulièrement notre oreiller pour avoir le côté froid, que nous sommes 2500 à préférer mourir de soif plutôt que boire de l'Hepar, que nous sommes 675 à avoir l'impression que notre portable vibre dans notre poche mais en fait non ou encore que nous sommes plus de 6800 à ne pas aimer trouver des miettes dans le Nutella. Pourtant, ces groupes permettent avant tout de me mettre en avant, de montrer au monde entier à quel point je suis un être exceptionnel, de prouver que mon savoir infini n'a pas de limites, ne serait-ce que parce que je suis Addicted to Télérama. Ils sont finalement la preuve inéluctable de ma prétention (I listen to music you've never heard of), de mes exagérations (I have never lost a game of scrabble), de mon narcissisme (Le groupe des gens beaux et intelligents), de ma grandiloquence (Moi aussi Sarko m'a proposé un ministère mais j'ai refusé), de mon pédantisme (Mon physique (de rêve) est la cause de mon célibat...), de mon mépris (Je déteste plein de gens), de mon orgueil (Je fais toujours tout à la dernière minute et je m'en sors toujours comme un chef!), de mon autosatisfaction (Je suis fan de moi et alors ?), de ma suffisance (Si toi aussi tu as eu l'impression d'être un génie le jour de ta JAPD), de mon arrogance (I judge People by the music they listen to). Même si évidemment, je m'en défends du mieux que je peux (I enjoy Modern Art, and that doesn't make me an elitist asshole).

En fait, comme sur mon blog, la plupart de mes préoccupations facebookiennes sont politiques. Je fais indéniablement parti de ceux qui en ont marre que Facebook sente la droite décomplexée et de ceux qui pensent que la loi de 1905 est un pilier de notre République. Ensemble contrer la politique de Sarkozy devient possible. Je me réjouis d'être plus grand que Sarkozy et doute que Sarkozy puisse relancer la croissance car il n'a même pas fini la sienne. Finalement, je me révèle être un militant virtuel hors du commun. Je suis Contre les jeunes qui sont des vieux cons de droite, Contre la disparition du numéro du département sur la plaque d'immatriculation (même si l'on peut douter de l'étiquette gauchiste de cette revendication), Pour la reconnaissance de la lutte des classes, Pour le bombardement de la ville de Neuilly/Seine ou encore Contre le port du pull sur les épaules. Et je me risque même à crier Oui à l'euthanasie ou à dire que je vais au Mc Do pour le Wifi. J'ose m'opposer à la pensée consensuelle qui domine le débat publique lorsque j'affirme que Rachida Dati est moche, mais alors mooooche !, que je n'en ai Rien à foutre de Betancourt ou encore que j'encourage la lapidation des traders. Et finalement, même si Je confonds ma droite et ma gauche, vous avez bien compris que cela ne concernait pas mes opinions politiques.

Ainsi, la liste de mes groupes Facebook me permet surtout de me positionner politiquement et de montrer clairement mon engagement pour un monde meilleur grâce notamment à mon groupe mythique de soutien à Hugo Chavez. En tant que vice-président à la Culture et à l'Emancipation de REVer et Engagement Réformiste, il est pour moi primordial de soutenir certaines causes clairement à gauche (Ras le bol des raclures de chiottes qui veulent bosser plus) et à hurler à qui veut m'entendre que Le service public, c'est fantastique ou que Non, les 35 heures ne sont pas responsables de tous les malheurs du monde. J'aime défendre des causes perdues (Contre les retraités qui font leurs courses après 18h), des causes nobles (Contre les cons qui utilisent leur mobile comme une chaîne hi-fi), des causes de savoir-vivre (Pour l'interdiction d'applaudir à l'atterrissage), des causes de santé publique (Contre les gens qui mangent la bouche ouverte), des causes qui méritent que l'on se batte all around the world (Contre les cons qui restent immobiles à gauche sur l'escalator). Effectivement, bien que je me demande pourquoi je ne suis pas né bilingue, j'aime rejoindre des groupes aux titres anglais afin de montrer que 1) je maîtrise parfaitement la langue de Shakespeare (No, I Don't Care If I Die At 12AM, I Refuse To Pass On Your Chain Letter), 2) je picole avant de me connecter à internet (Alcohol Improves my Foreign Language!) et 3) parce que les fautes dans les titres sont moins flagrantes voire inexistantes (Je rêve d'un monde où tous les titres de groupes facebook sont bien écrits). Il ne faut pas oublier que, chaque jour, j'enrichis mon vocabulaire car plus tard je serai à l'académie française.

Mais les groupes Facebook sont aussi l'occasion de se poser des questions existentielles, de faire un bilan de ces vingt dernières années (J'ai raté ma vie à cause de Football Manager...), voire de montrer à la terre entière que l'on se pose de manière récurrente des questions d'ordre métaphysique (Sur le télésiège je me demande toujours si je peux sauter ou pas) ou juste alimentaire (I Continuously Check My Fridge For Food Expecting Some To Magically Appear). Sans oublier que moi aussi, je crois que tomber sur 22h22 a une signification. Même si Ma vie est une gigantesque contradiction, rien ne peut m'empêcher de militer Pour la réconciliation des oeufs brouillés.

Ce qui est amusant sur Facebook, c'est que l'on se rend compte que nous sommes tous plus ou moins des grands enfants. Dans mes groupes Facebook, je fais référence à mes années de maternelle (Babar the Elephant is my Hero ou Petit, j'ai lu La Belle Lisse Poire du Prince de Motordu!), à mes années de primaire (Fan de billes en primaire ou La Minikeums' Génération), à mes années au collège (J'ai fait du latin et ça ne m'a servi à rien ou J'ai rangé des choses dans le bas de mon tube de colle uhu). Et puis désormais, le monde entier saura que je me faisais une barbe en mousse dans mon bain, que je préfère les Lego aux Playmobil, que je suis maladroit et que j'assume, que j'avais une flik-flak quand j'étais petit et même que je suis Pour que le coyote attrape enfin cet enfoiré de bip-bip. Et puis, de toute façon, je ne suis pas vraiment sorti de l'enfance, vu que je n'ai toujours pas le permis. Mais cela ne m'empêche pas de critiquer ma ville natale (A Reims qu'est-ce qu'on se fait chier) tout en rejoignant quand même la communauté des Rémois à Paris, histoire de conserver un lien avec mon passé provincial.

Cela étant dit, fier d'affirmer mon parisianisme inconsidéré, je me vois rejoindre des groupes aux titres évocateurs : Art in Paris - L'art à Paris, Museobloggeurs à Paris, On habite dans le 9e. Ce qui me permet à la fois de revendiquer mon amour pour les lieux culturels de la capitale (Centre Georges Pompidou's fan) et pour les souterrains du métropolitain qui me fascinent (Pour ceux qui écoutent les conversations dans le Métro), me hantent (Je déteste tenir les barres du métro quand elles sont chaudes et grasses!), me séduisent (Pour que les coups de foudre dans le métro soient le début de quelque chose). Et puis, stade ultime de mon parisianisme exacerbé, quand je fais du Velib j'ai l'impression d'être dans Easy Rider !

Les groupes Facebook, finalement, ne sont que la forme moderne d'une améliepoulainisation de la société. J'en profite d'ailleurs pour glisser que je me sens toujours obligé de dire "01 47 20 0001" au cinéma. En quelques groupes, on en sait suffisamment pour dresser un portrait robot de l'internaute en mal de reconnaissance. Les groupes plantent le décor : J'aime Paris, J'aime aller au musée et j'assume, J'aime bien Jamy de C'est pas sorcier, il explique bien je trouve, J'aime l'art contemporain et alors ?, J'aime le Daim et je le vis bien, J'aime les pâtes. En parlant de pâtes, je voulais aussi préciser que Les pâtes sont devenues mon meilleur ami. Et puis je fais parti du Club de ceux qui jettent l'eau du yahourt avant de le manger.

Certains groupes sont là pour rappeler que Je suis poilu et j'assume, que Oui, j'aime exhiber mes poils de torse, tout ça parce qu'un homme viril est un homme à poils. Mais que ma virilité a ses limites et que je suis pour les filles qui draguent les mecs (ou pas). Sans oublier les nombreuses références à l'alcool de ma région natale pour faire geek et chic sur ma fiche facebook. Ainsi, je me réjouis de la mort des salauds de ce monde en ouvrant du Champagne même si je ne peux m'empêcher de plisser les yeux quand quelqu'un ouvre une bouteille de Champagne à côté de moi ou de m'indigner quand on me force à boire le Champagne dans des verres en plastique. Et puis boire ou conduire, de toute façon, je n'ai pas de voiture.

Bon, encore 1/4 d'heure et je me mets à réviser mes partiels...

8 commentaires:

oranou a dit…

Facebook, ça a quand même l'air bien fun. On a plein de points en commun.
Je vais peu être prochainement m'inscrire, je crois que tu m'a contaminé a moins que ce soi "I love Noirmoutier".
A bientôt, peut être sur facebook ou a Noirmout'. Parce que "je ne suis as parisienne et je j'en suis fière" (ça doit exister ça comme groupe.).

Amandine a dit…

Je ne pensais pas que facebook était aussi amusant que ça!

Raphael a dit…

on en partage pas mal, même si concernant bétancourt, je n'en ai pas rien à foutre car je demande qu'elle reste dans la jungle avec ses amis (nuance)
les groupes, les status uptedates, les pages, et à la limite le poker quand je me fais vraiment vraiment chier, voilà les intérêts de facebook

dams a dit…

Putain moi aussi je m'en fous de Betancourt, ya plein d'otages pourquoi elle serait plus importantes?
D'ailleurs je propose un groupe : "pour que Segolène rejoigne Ingrid, on sera tranquille!".

Sinon franchement, c la honte d'être sur facebook, tu me déçoit, je n'irais pas, jamais, c sur...même si le groupe Sarko ne relancerait pas la croissance, il n'a pas finit la sienne ma bien fait tripper haha

Francois Xavier a dit…

Brillant,
Je vous aime, Maître,
Vous serai fidèle pour l'éternité....
J'en pleure...
Ca fait du bien!
Merci!

Anonyme a dit…

Voila, en plein marasme car encore sur facebook alors qu'il est 23H24, je me demande si quelqu'un commence a causer de l'addiction à facebook.

Coup d'œil sur le web, hop ton papier qui est une vrai perle.

Merci Antoine, c'était rafraichissant :)

Anonyme a dit…

Bonsoir Anthouane,

Je viens de découvrir ton blog en cherchant des articles sur la FBA, Facebook addict ... Je me suis permise de reprendre quelques exemples de ton excellent et féroce post sur ce sujet ô brûlantissime !
j'espère que tu ne m'en tiendras pas rigueur ...
Si tu as un moment take a look du côté de chez Today I love
http://acidul.blogspot.com
Girly mais pas trop !

See you spoon !

Anonyme a dit…

Bonjour, je travaille pour l'émission "Tellement Vrai" sur NRJ12. Nous aimerions faire un reportage sur les addictions. SI vous vous considérez accros à Facebook, merci de nous envoyer un mail à l'adresse suivante :
clemencemartin8@gmail.com