30 juin 2009

Ce n'est qu'un au revoir...

François Dilasser

Souviens toi, en novembre 2007, j'emménageais dans le neuvième. Une occasion en or dans un arrondissement que je connaissais à peine. Un appartement de rêve à mi-chemin entre les Tati historiques de Barbès et les Grands Magasins, entre le Sacré-Coeur et l'Opéra Garnier. Cinquante mètres carré un peu vétustes, mal répartis mais terriblement attachants. Trois lignes de métro à proximité, cinq stations, un positionnement idéal au coeur d'un Paris historique, économique et culturel. Je pars. Notre-Dame de Lorette je te quitte. Cadet je m'en vais. Anvers je t'abandonne. C'est donc avec regret que je renonce à la boulangerie de la rue Rodier, au libraire de la rue de Maubeuge, au Carrefour Market de la rue Rochechouart, aux petits commerces de la rue des Martyrs, au bus 85 et à tout ce qui faisait mon quotidien entre le Square d'Anvers et le Carrefour de Chateaudun. Les salles de concert, les salles de théâtre, les cinémas, les salles des ventes, les inventaires en pharmacie, je me suis habitué à une proximité immédiate que j'aurais du mal à retrouver. D'autant plus que je me vois temporairement contraint de quitter Paris pour vivre en banlieue, loin de tout, loin de tous. Neuilly sur Seine, banlieue sarkozyste peuplée de blaireaux, me voici !

4 commentaires:

Georges ABOLIN a dit…

on respire mieux en banlieue !
(faut absolument que je fasse de la pub, j'suis trop doué.)

JMV a dit…

Entre-nous, je me souviens aussi que tu m'avais dit que tu m'inviterais un midi chez toi, puisque l'Opéra, tu sembles l'oublier, fait partie de ce si chouette arrondissement... Hummm, chansons que tout cela...

Raphael a dit…

Neuilly !!??
waow, je te plains !

laurence a dit…

Moi aussi j'ai quitté le 9e pour un quartier "cossu" le 6e et puis bientot le 5e pour un peu je suis comme les escargots je porte ma maison sur mon dos et celui d'après me direz vous ...peut être en décembre...