17 décembre 2009

La Grippe

Duccio di Buoninsegna

Elle est arrivée par surprise. Samedi soir. Par derrière, en traitre, je ne L'ai pas vu venir. Tentaculaire, Titanesque, Monumentale. Au début, Elle gagnait du terrain. Je faiblissais à vu d'œil. Je ne m'alimentais plus. Je tremblais. Je frissonnais. Je transpirais. J'avais le regard hagard. Mon corps enfiévré ne m'obéissait plus. Des courbatures assassines me condamnaient à garder mon lit. Une toux à réveiller les morts sortait de mes entrailles inflammées/enflammées. Du mucus ne cessait de couler de mon nez sans que rien ne puisse venir lui faire barrage. Des vertiges assassins cherchaient à me faire perdre pied. Puis j'ai pris mon courage à deux mains. J'ai résisté. J'ai tenté le tout pour le tout. Je n'ai rien lâché. J'ai formé mes anticorps au combat. Je les ai entrainé, discipliné, apprivoisé. Je leur ai fourni des stimulants à base de paracétamol. Je les ai drogué pour en tirer le meilleur d'eux-mêmes. J'ai constitué une armée de petits soldats prêts à mener la bataille. J'étais le général disposé à me lancer corps-perdu dans l'ultime assaut. Pendant 72 heures, j'ai guerroyé. Pendant 72 heures, j'ai ferraillé contre Elle. Pendant 72 heures, je L'ai défiée dans une lutte acharnée. Nous savions tous les deux qu'à la fin, il n'en resterait plus qu'un. Il fallait que ça soit moi. La culture, la délicatesse, la beauté triomphant de l'ignorance, de la lâcheté, de la laideur. Plus qu'un combat personnel, j'en faisais une histoire de civilisation, un baroud d'honneur pour l'avenir de l'humanité. Plus qu'un duel pour ma survie, c'était un affrontement pour la justice et la tolérance. A l'intérieur de moi, c'était un véritable charnier. Les microbes se sont retrouvés acculés par la résistance et la puissance de mon organisme. Les bactéries ont été prises en otage par mes anticorps au meilleur de leur forme. Le pugilat a tourné court. Mon corps sera leur tombeau. Peux-tu imaginer un mausolée plus séduisant ? Un sarcophage plus excitant ? Un cénotaphe plus éblouissant ?

3 commentaires:

Anne-Lise a dit…

Très joli !! Surtout le jour où je reçois le fameux "bon" pour me faire vacciner et...qui m'offrira sans doute un autre combat mais avec des effets similaires...!

JMV a dit…

Dis donc, c'est terriblement machiste ton histoire! C'est encore et toujours LUI qui triomphe d'ELLE! La prochaine fois, laisse-toi prendre prendre et envahir doucement par elle...

Cantabile a dit…

Bravo petit soldat, que ton futur te permette, toujours, de triompher ainsi des mauvais aléas de ta vie.
Après une bagarre comme celle-ci tu sera vacciné pour au moins 10 ans...