26 janvier 2008

Amsterdamned

Amsterdam est la ville du vice et du péché par excellence, la Sin City d'Europe du Nord avec ce qu'il faut de luxure et de trafic pour exciter le touriste lambda ! Mais c'est aussi une ville riche culturellement parlant qui peut séduire n'importe quel amateur d'art grâce aux milliers de trésors qu'elle abrite dans ses collections. Sans oublier la beauté et la douceur des petites maisons quadrillées par de petits canaux !


Retour sur un périple de cinq jours en quelques points !

Le voyage
Une impression de vitesse tant que l'on a pas passé la frontière... 1h20 pour aller jusque la gare de Bruxelles... Et puis ensuite, le rythme ralentit et il faut presque trois heures supplémentaires pour entendre la voix off annoncée "Amsterdam Centraal Station" ! Une fois sur place, c'est le dépaysement le plus total, la gare est magnifique et les premières maisons amstellodamoises nous tendent les bras. Autant dire qu'il y a eu diverses lectures passionnantes (Le Monde Diplomatique et L'Homme programmé de Robert Silverberg) pendant ce périple écologique à travers les plaines de l'Europe du Nord !

L'auberge de jeunesse
J'avais réservé dans un "shelter" chrétien, souhaitant vivre un "Village People revival" au coeur du Red Light District ! Mais, pas d'indien à moitié nu ou d'ouvrier au déhanché légendaire, juste des lits superposés inconfortables et une salle de bain partagée ! Sans oublier les cours de prières le matin de 7h30 à 9h, les inscriptions grotesques sur les murs, les bibles et différents guides extrémistes censés démontrer la grandeur de la religion chrétienne offerts gratuitement ! Du lourd, du très lourd !
Un confort plus que spartiate qui ne nous a pas empêché de nous transformer en guerilleros de la culture amstellodamoise !

Les musées
Il faut aller cliquer ici !

Les transports en commun
Pour me déplacer, je n'ai utilisé que mes petits pieds chaussés de Converse ! Une tentative d'achat de ticket avortée et un aller en fraude jusqu'au MuseumPlein ont suffit à réfréner mes ardeurs addictives aux transports en commun ! Mon plus grand regret de ces quelques jours est quand même le fait de ne pas avoir pu faire un tour de flyboat local (le hollandais volant ?) pour découvrir la capitale hollandaise depuis ses légendaires canaux qui quadrillent la ville !
Evidemment, toute la difficulté de la marche à pied réside dans la faculté à ne pas être tué ! J'ai frôlé la mort à plusieurs reprises... J'aurais pu finir écraser sous la roue d'un vélo ou d'un tramway ! Mais le centre historique de la ville étant relativement concentré, les pieds restent le moyen le plus pratique de se déplacer... Surtout qu'il est particulièrement agréable de se promener parmi les canaux et slalomer parmi les petits ponts tout en admirant l'architecture locale.

L'architecture
Je ne m'en lasse pas ! Même sous la pluie, les hautes maisons étroites baties le long des canaux ne manquent pas de charme ! Les vieilles poulies encore apparentes, les immenses fenetres laissant passer les quelques rayons du soleil, les briques rouges... Et le tout qui se reflètent dans les canaux !
Et au milieu de toutes ces constructions chargés d'histoires, de guerres, de prospérité, quelques traces de modernité et quelques constructions étranges et étonnantes qui se sont imprimées à tout jamais dans ma rétine comme la façade Art Deco du Theater Tuschinski ou encore les fameuses "vitrines" rouges des prostituées.

Les prostituées

(image non available !^^)

Le quartier baptisé Red Light District est finalement très surestimé et bien moins glauque que ce à quoi je m'attendais ! Et je me suis rendu compte à quel point j'étais pourri de l'intérieur par la morale judéochrétienne exacerbée dans notre contrée à l'identité catholique réaffirmée par notre cher président ! Un sentiment de malaise, de gêne m'envahissait chaque fois que mon regard croisé celui d'une prostituée ! Surtout qu'elles n'étaient pas forcément très jolies : beaucoup de grosses et de vieilles. Et puis la plupart ont le type méditerranéen, loin de la blondeur et de la blancheur des pays du Nord ! Un quartier qui m'a nettement plus intéressé par l'omniprésence de la Drogue.

La drogue
Partout ! Tout le temps ! Quel plaisir de se promener le long des canaux du Red Light District et de voir plus de personnes fumer des pétards que de fumeurs de cigarettes ! Quelle jouissance de pouvoir s'asseoir dans un coffee-shop pour laisser ce poison embrumer mon cerveau ! Mais quelle déception de voir que l'on assiste à une escalade de la consommation des substances interdites... Dans la rue, à la tombée de la nuit, il devient impossible de faire trois pas sans qu'un black nous propose de la cocaïne, de l'héroïne ou de l'ecstasy... Loin du folklore safe des champignons hallucinogènes ou du shit, les drogues dures m'effraient, et la facilité que l'on a à s'en procurer le long des canaux amstellodamois me rend assez dubitatif... Car, au milieu de tous ces jeunes venus passer le week-end pour se droguer, il y en a forcément qui ne résistent pas à la tentation et qui n'ont pas les cours de prières matinaux pour les délivrer du mal ! Surement encore une trace de mon côté réactionnaire !Comme quoi, décidemment, les clichés ont la vie dure...

Les clichés
Un mythe ? Une légende ? Je n'ai entraperçu qu'un seul moulin depuis le Thalys ! En revanche, impossible de pénétrer dans une boutique de souvenir sans que d'ignobles sabots ornés de moulins vous sautent à la gueule et même le téléphone d'Anael était de la partie vu qu'à peine nous avions franchi la frontière que son fond d'écran prenait l'apparence d'un authentique moulin batave ! En revanche, nous avons vu des fleurs, beaucoup de fleurs le long du BlomenMarket ! Et des goudas, plein de goudas un peu partout ! Et ce malgré un beau temps pas toujours au rendez-vous !

Le temps
Un proverbe local dit qu'il y a 3 temps possibles à Amsterdam, soit il a arreté de pleuvoir, soit il pleut, soit il va pleuvoir. Résultat, Amsterdam est une ville froide et humide et le ciel bleu s'est fait prié pendant l'ensemble du séjour ! Mais heureusement, le dernier jour, les nuages se sont écartés pour laisser les rayons du soleil lécher suavement les façades des maisons et la surface des canaux...Visiblement le mauvais temps n'empêche pas les habitants de la capitale d'utiliser de manière assidue leurs bicyclettes pour se déplacer. Rarement vu autant de vélos stationnés sur les trottoirs, obligeant régulièrement les piétons à les contourner sur la route... Heureusement, quand il fait moche, il reste toujours les magasins pour s'abriter et faire de bonnes affaires...

Les magasins
Les mêmes qu'à Paris, Berlin, Stockholm, Londres ou Bruxelles... Les mêmes marques, les mêmes logos, la même mode, le formatage d'un citoyen mondial lambda réalisé par les économies d'échelle des multinationales du textiles et de la mode ! Effrayant et avilissant ! Sauf lorsque j'ai pénétré dans un immense ZARA sur une des artères commerciales de la ville et que j'ai découvert des produits soldés à moins 70% ou 80% ! Inconditionnel de ZARA, je suis reparti avec 3 cravates, 3 chemises, 2 pantalons à pince, 2 paires de mocassins, 1 sweat, 1 veste, 1 écharpe en soie ! Billet de train amorti indéniablement !

Me voilà de retour à Paris pour une semaine de cinéma et de théâtre ininterrompue... En attendant de repartir la semaine prochaine pour découvrir l'est de la France ! A croire que je ne tiens pas en place...

2 commentaires:

Capucine a dit…

Amsterdam Forever...

La prochaine fois prefere juillet...
C'est merveilleux !

comité-de-salut-public a dit…

"Surtout qu'elles n'étaient pas forcément très jolies : beaucoup de grosses et de vieilles."

Ah ah, ça veut dire que si elles avaient été Tchèques à jambes interminables, tu aurais ?

Et il n'y a pas à culpabiliser là-dessus, ni sur la défonce: mais dès que tu est un peu critique sur ces sujets, tu te fait traiter de curé, alors...

Putain, vivement les vacances.