05 mars 2008

300

Arnulf Rainer

Hier, j'ai eu le malheur de passer devant un Relay, les librairies de merde situées dans les gares et dans le métro. Et je me suis rendu compte que la deuxième meilleure vente d'ouvrages du moment, c'était les 300 propositions de la commission Attali. Number two. Trois cents propositions minables proposant de booster la croissance sans remettre en cause nos modes de consommation et de production. En clair : en finir avec tous les corporatismes, monopoles et autres réglementations qui font obstacle au développement de l'emploi et de la croissance, tout en développant l'éducation, l'enseignement supérieur, la recherche. Quel beau programme ! Jacques Attali est un économiste de pacotille. Il ne fait que reprendre les idées libérales qui végètent dans la société française depuis trente ans, les réformes soit disant indispensables qu'aucun gouvernement n'a jamais osé faire. Supprimer les dépenses et augmenter les recettes, en faisant casquer la classe moyenne. Car ce ne sont pas les plus pauvres qui vont en prendre plein la gueule si ces propositions voient le jour en tant que réforme, c'est toute la classe moyenne, celle qui a majoritairement voté socialiste au second tour, à juste raison.

Et pendant ce temps là, Sarkozy et toute sa clique continue de présenter le rapport comme neutre et sans étiquette. Mais sa neutralité, c'est du foutage de gueule. Jacques Attali est libéral, atlantiste et vendu au MEDEF. Il battit sa réfléxion sur du vent, des intuitions venues d'on ne sait trop où. Il va piocher ces exemples dans les pays anglo-saxons où le climat social est particulièrement tendu. Par conséquent, ses 300 propositions n'ont qu'un objectif : transformer un modèle social français à la dérive en caricature du modèle américain. Une utopie pour les bourgeois néoconservateurs, les prémices d'une guerre sociale pour tous les autres. Le rapport, je ne l'ai pas lu, je n'en vois pas l'intérêt. J'ai mieux à faire de mes journées que m'exciter sur ce ramassis de conneries ultra-libérales écrites par un opportuniste qui me fait gerber. D'ailleurs, je me demande qui sont les couillons qui ont propulsé ce bouquin en tête des ventes. Sûrement une bande de frustrés qui vivent dans la peur, en lisant le Figaro et pleurant sur leur portefeuille d'actions qui a miraculeusement fondu le mois dernier.

Pour vous en rendre compte par vous même, voilà un échantillon des propositions faites par la commission "apolitique" présidée par Attali :

"Réduire le coût du travail"

"Ouvrir les professions réglementées"

"Fiscaliser une partie du financement de la protection sociale"

"Diminuer la dépense publique en faisant maigrir l'État et les collectivités publiques"

"Préparer la jeunesse à l'économie du savoir et à la prise du risque"

"Raccourcissement des délais légaux empêchant les expulsions"

"Maintenir le rythme de construction des centrales nucléaires"

"Remettre en cause le principe de précaution notamment pour les OGM"

Et le meilleur pour la fin :

"Supprimer la durée légale du travail et laisser le libre choix à chacun de l'âge de départ en retraite"


Admettez que l'on a déjà vu plus neutres comme solutions pour redresser la France. Je crois qu'il n'y a que des ultralibéraux dégénérescents pour voir là-dedans des ambitions écologistes et sociales. Ce rapport est une farce, un écran de fumée pour masquer l'inefficacité de Nicolas Sarkozy depuis qu'il est au pouvoir. Or, ce dernier, lors de l'installation de la commission, s'est publiquement engagé à appliquer intégralement ses recommandations. Quand on imagine la cohue et la guerre sociale que cela va engendrer en France (aussi bien chez les chauffeurs de taxi et les fonctionnaires que chez les pharmaciens), je peine à croire qu'il tiendra ses promesses. A moins que le mois de mai 2008 soit à la hauteur de mes espérances...

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Tout ce qui est excessif devient superfétatoire!

AP a dit…

Bravo Antoine ;-) Ne tiens pas compte du précédent commentaire ! Un jaloux certainement !
Amazone

dams a dit…

faut surtout dire que les gens ont tendance à lire de la merde, ca ne m'étonnerais pas qu'une quelconque biographie de Carla Bruni-Sarkozy soit en tete des ventes!!!

Marc-Antoine a dit…

Il y avait cette semaine un reportage sur Attali à la télé. J'ai ainsi appris qu'il habitait un 350 m2 à Neuilly, juste en face de la mairie. C'est comme ça qu'il a connu Sarkozy. Que ses revenus - colossaux - sont assurés par ses droits d'auteurs (ça rapporte beaucoup la merde) et sa boîte de conseils (idem). Quand on lui fait remarquer qu'il est un peu donneur de leçons, il répond : "c'est normal, je suis professeur d'économie", ce qui prouve qu'il n'a strictement rien compris au métier d'enseignant. Quand on écoute les conférences qu'il donne, en Inde par exemple, c'est à gerber : "Poors are a market, as food, as cars... Health, education will come after, as a consequence of it".