21 mars 2008

Cleptomane ?

Zao Wou-Ki

I believe I can steal

Je suis cleptomane. J'aime voler. J'aime la sensation que me procure le vol. J'aime me sentir plus malin que le système. J'aime me sentir en danger tout en sachant au plus profond de moi que je risque rien. Je n'ai jamais pris de risques inconsidérés. Pourtant, je ne peux m'empêcher de dérober des petits objets, piquer quelques éléments, modifier certains prix, grappiller quelques euros, voir quelques centimes. Je n'y peux rien, c'est plus fort que moi. Je ne vole pas par nécessité. Juste pour mettre un peu de piment dans ma vie pathétique. Ma manière à moi de dire merde au système capitaliste qui n'offre que frustration sinistre et envies néfastes. J'ai multiplié les méthodes, les lieux, les articles chipés. J'aime faire preuve d'intelligence et d'audace pour trouver la faille d'un système censé être inviolable. Je suis astucieux, rusé, ingénieux. Un virtuose, un Arsène Lupin post-moderne devant faire face à une pléthore de vigiles aux aguets. Aussi loin que remonte ma mémoire, j'ai toujours volé. Des petites choses sans valeur, des items offerts. Puis, progressivement, je me suis aguerri, je me suis diversifié, j'ai intensifié mon trafic personnel. Mais tout en ayant la volonté que le vol en tant qu'acte politique reste un événement rare, intensifiant ainsi sa portée et surtout le plaisir que j'y prenais. Car loin de moi l'idée de me dédouaner de cette perversion. Je trouve le vol jouissif, profondément jubilatoire. Il y a quelque chose de dégradant mais aussi de vivifiant dans l'acte de voler. Est-ce que j'ai honte ? Pas le moins du monde. Je n'ai jamais volé un particulier (sauf peut-être ma mère quelques fois lorsque j'étais enfant... mais cela est une autre histoire), je me suis toujours attaqué à de grands groupes, des sociétés investissant chaque année des milliers d'euros pour lutter contre la fraude. Ou encore aux pharmaciens, ces pathétiques marchands de médicaments transformés en receleurs/dealers/financiers/commerciaux vantant les mérites de produits superfétatoires, corrompus par les laboratoires à la force de vente révoltante. Je me vois en justicier du capitalisme décadent, en moralisateur du libéralisme crépusculaire. Le vol comme réponse à une situation économique intolérable. Nonobstant, la situation a atteint un point de non-retour. Mon état est maladif, pathologique. Je ne peux pas m'en empêcher. Je considère le vol comme un jeu, un jeu de hasard, un peu comme la roulette russe, en moins dangereux évidemment. Je crois en ma bonne étoile, pensant modestement ne jamais être pris, espérant seulement jouir de mes méfaits ad vitam eternam. Car le vol me procure un plaisir incomparable, un plaisir qu'aucune drogue, qu'aucun alcool ne m'offrira jamais, un plaisir simple procurant ce qu'il faut d'adrénaline, d'excitation aussi malsaine que savoureuse. Un eurythmique envol vers le septième ciel.

I believe I can fly
I believe I can touch the sky



12 commentaires:

Amandine a dit…

Je suis sur le cul...

Zone Franche a dit…

C'est le printemps pour Marny...

Anonyme a dit…

Les SDF volent ils ?

remi a dit…

oh que c est bon de lire ça ; enfin un cleptomane qui se reconnait et qui avoue sans honte
moii aussi je vole ; que des conneries (c est le cas de le dire), sans grande valeur...et j'entasse ces trucs, j'en ai pleon, je sais pas quoi en faire et si ca se mange, je ne peux pas le manger avant que la date de peremption ne soit dépassée, ou souvent de le jeter quand c est devenu pourri. c est fou, c est plus fort que moi...comme un joueur qui veut s arrêter, qui devant la machine recule une fois, deux fois, mais inmanquablement y revient deux minutes plus tard et vide son porte-monnaie.... et quand je suis fatigué, faible, je me controle encore moins, je fais des choses honteuses, je me moque eperdument de me cacher...d ailleurs je me fais choper plein de fois, plus de 20 fois , j ai du me faire prendre mais ça continue encore et encore. et là ou c es pire que ca empire, au depart dans des grands magasins, avec l'excuse que de toutes façons, c est compris dans le prix de vente de ce que j achete, que personne n en souffrira..mais ca le fait aussi dans les petites boutiques privées où ca touche direct le commerçant....et aussi j ai volé des pourboires je m en veux trop et l pire c est que j ai deja aussi volé des amis, des connaissances....je me souviens de trucs fous : du papier WC quand j etais invité, des pieces de toute petite valeur même parfois 5 centimes... je suis suivi depuis des années mais c est sans grand resultat....j en ai marre, ca me pourrit la vie et je me fais mal ; je me meontre ma nullité et en plus je fais du mal à plein d autres. et ça me coute cher : plein de fois j ai payé des amendes de 50, 90 euros voire même beaucoup plus : en decembre, j'ai été condamné à verser 776 euros....alors que j'avais volé pour moins de 8 euros....donc faut pas penser une moindre seconde que ce soit pour le fric. je m en branle du fric, je le hais, je n'en fais rien :je sais pas en profiter, bizarre j y capte rien à moi-même et encore moins quand ça a commencé .
remi cleptomane

blamry a dit…

Bonjour,
Je me suis reconnu dans ce grand texte et sur le com de Remi. Aujourd'hui, c'est décidé, je parle au doc. J'ai 25 ans et ça a commencé depuis que je suis petite. Je vole, je vole... Avant les portillons ou appareils contre le vol j'ai une petite montée d'adrénaline, et quand (jamais jusque la) ça ne sonne pas j'ai un grand moment de plaisir. Je sors du magasin avec mon butin et je compte l'estimation de mes vols de la journée. De tout, de rien... EN passant du mini lecteur dvd,au rouleau de papier toilette,vêtements,désodorisant, au porte clés (j en ai des tas)... Et dans le cas où je sens que c'est vraiment impossible, je change les étiquettes... C'est plus fort que moi. Je vole dans les magasins, les sur chaussures en plastique à la crèche de ma fille (ca coute meme pas 5centimes), je suis tentée meme de voler une plante chez mon médecin... elle m'obsède... J'ai un enfant et c'est tellement compulsif, que j'ai peur un jour des conséquences si je me fais attraper. Je verrai ce que le docteur va me proposer... Bon courage à vous, et bons vols ;)

Mona a dit…

Et moi donc, j'ai 16 ans, et ca fait depuis quelque temps que je suis obsédée par le fait de posséder des choses qui m'appartiennent pas. Je vole des colliers à mes amis, des vêtements dans certains magasins, ou j'emprunte à certaines personnes, sans jamais leur rendre. Pour l'instant ça s'arrête là, mais je ne sais pas ce qu'il en adviendra plus tard. Et je dois l'avouer, je me pose énormément de questions. Ca fait du bien de voir, que je ne suis pas la seule, mais pour l'instant ici, je suis apparement la plus jeune.. Ca m'inquiète, qui sait ce que je vais devenir plus tard.

Anonyme a dit…

Bonjour au gens qui ont écrit ses messages, je m'appelle Sandra, j'ai 10 ans et je savais pas ce que sa voulait dire "cleptomane", un jour, jai lu un livre sur une fille cleptomane et jai enfin compris mon cas. Je vole des choses à ma famille et mes amis. Des choses comme du maquillage, des habits, des bijoux. Mais aussi dans les magasins. Mais ces très rare dans les magasin! Le truc le plus gros que jai volé coutait 20 euros. C'était un jeu D.S je crois....! Je n'ause en parler à personne, de peur que tout le monde m'évite. Je le fit plus à ma famille car mes amis ces plus rare. Je me dit chaque jour que je vais arréter mais une voix dans ma tête me pousse à continuer...et j'adore sa. Dans ma vie, jai vu un seul psychologue. J'avais 8 ans. C'est parce que je ne parlais a personne depuis que mes parents ce sont séparés, et je m'arrachait les cheveux. Je ne veut pas que vous vous dite: ces normal, elle est folle!" Non, je ne suis pas folle! Si j'admet mon cas, je ne le suis pas.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis journaliste et prépare un reportage pour la chaîne m6 sur les personnes personnes cleptomanes .

Est-ce que l'un de vous voudrais témoigner ?

Contactez-moi par mail : audrey.carlotti@pumamedia.fr

Audrey

Anonyme a dit…

Alors moi c'est peut-etre pas de la cleptomanie car je vole pour deux raisons évidentes:
- la recherche d'adrénaline
- et afin d'obtenir un produit sans le payer tout simplement.

Anonyme a dit…

Bonjour à vous,

Je suis journaliste pour Direct 8 et dans le cadre d'un documentaire, je recherche un homme cleptomane, qui ne peut donc pas s'empêcher de voler en toutes occasions, où qu'il se trouve.
Il met parfois ses proches dans l'embarras mais il ne peut lutter contre ses pulsions.

Si vous vous reconnaissez dans ce profil ou si vous connaissez quelqu'un, pouvez-vous communiquer mes coordonnées, marylinedirect8@yahoo.com ou par téléphone au 01 41 12 01 01 en demandant Maryline.

Merci à vous
Bonne journée
Maryline

Anonyme a dit…

c'est un mode de sur vie animal naturelle,on est tous des animeaux,les riches croivent qu'ils sont suppérieur mai pas du tout,ils sont aussi cleptomane,sauve que eux ils ne volent pas une épingle,un crayon,ou autre,ils ont une autre maladie èxtrèmement plus puissante,celle d'oublier qu'ils vont aussi mourir et que tout les immeubles toute leur gloire et beautée,ne serra rien dans un futur proche.rassurez vous ce n'est pas une maladie,personne n'est malade en véritée meme le pire des foux n'est pas malade du tout,c'est juste que la terre chèrche un équilibre le plus parfait possible,celui qui gratte un truc a un autre,ou qui mange un autre c'est normal c'est la vie et la mort.c'est comme sa.une couille gauche,une couille droite,le blanc le noir,le jour la nuit et tout ce qu'il y a entre les deux.le riche le pauvre.

cleptogirl a dit…

Moi aussi, j'adore voler et je suis contente de voir que je ne suis pas la seule. Ce n'est pas par nécessité, mais parce que j'aime l'effet procuré par le vol. Je suis cleptomane et je ne peux plus m'empêcher de voler dans les magasins. Je ne vole jamais les petits commerçants, mais je vole les riches, c'est-à-dire dans les grandes surfaces. Je vole des habits, des chaussures, des sacs-à-main, des bijoux... J'en ai déjà plein, mais j'aime en avoir toujours plus. Et je me suis retrouvée deux fois en garde-à-vue. J'aurais dû arrêter après la première, mais j'aime tellement voler que j'ai recommencé. Aujourd'hui, je me suis fait arrêter une deuxième fois. Je viens de rentrer, mes parents sont venus me chercher.
À chaque fois, je vole beaucoup de choses en plus. Je remplis mon sac de paires de chaussures, de tops tendance, de pulls it. Dans les magasins de prêt-à-porter, je vole les habits en enlevant les antivols (comme ça, je ne sonne jamais à la sortie). En fait, je tourne l'antivol comme une vis pour l'éloigner du tissu, je prends des ciseaux et je tourne avec. Cela retire l'antivol très facilement. Mais c'est plus dur, maintenant qu'il y a des antivols à encre.
Je n'ai que 15 ans et je n'ai pas honte d'être une voleuse.