14 avril 2008

Pour en finir avec les abus des pharmacies

Barnett Newman

Chaque mois, je fais trois ou quatre inventaires en pharmacie pour gagner un peu d'argent de poche. Jamais je n'aurais imaginé découvrir un milieu aussi pourri que celui de l'industrie pharmaceutique et de ses tentacules putrides. Du laboratoire au pharmacien, en passant par les grossistes, tout ce petit monde d'hypocrites est corrompu jusque la moelle. Ils profitent de notre système de santé avantageux, de la banalisation de la consommation d'anti-dépresseurs imposée par un monde du travail de plus en plus stressant ou encore du vieillissement de la population pour s'enrichir abondamment. On compte plusieurs dizaines de pharmaciens millionnaires sur la capitale. Sans oublier les avantages en nature dont ils profitent abondamment et qui leurs permettent de partir en vacances aux quatre coins du monde gratuitement grâce au budget marketing des laboratoires (75% de leur budget sont consacrés à la communication). Comment peut-on encore croire à l'impartialité de fonction de « conseil » des pharmaciens quand on connaît les coulisses du milieu ?

Pourtant, ce monde pourri n'est visiblement pas suffisamment libéral pour la Commission Européenne. Effectivement, cette dernière remet en cause la législation française qui impose que le capital d’une officine soit détenu par un ou plusieurs pharmaciens. L’ouverture du capital des officines aurait des conséquences immédiates : l’entrée en force des investisseurs issus du secteur pharmaceutique (industrie et répartition) avec la constitution de chaînes de pharmacies voire des investisseurs extérieurs plongeant alors la pharmacie hexagonale dans la jungle spéculativo-financière globale qui a démontré, partout où elle s’est épanouie, ses effets délétères. Dans cette hypothèse funeste, on peut imaginer le véritable cataclysme économique, social et éthique qui frapperait la sphère officinale où la notion même de Santé Publique passerait promptement aux oubliettes abyssales de la sacro-sainte rentabilité.

C'est le même point de vue qui est défendu dans le rapport Attali qui se propose de supprimer la réglementation des pharmacies afin de briser le monopole qu'elles exercent sur certains produits, notamment les médicaments non-remboursés. Les laboratoires ne souhaitant pas forcément baisser leurs prix, comment une telle mesure pourrait avoir des répercussions sur le prix de vente de ces médicaments, déjà les moins chers d'Europe ? La seul conséquence envisageable est bien une hausse de la consommation de ce poison à retardement. Légalement, les médicaments non remboursés ne peuvent être vendus qu’en pharmacie. Car, si ces produits portent l'appellation « médicaments », c'est qu'il y a sûrement une raison. Aller à l'encontre de cette réglementation pourrait avoir des conséquences irrévocables sur la Santé Publique. Bien que je considère que les pharmaciens ne sont que des épiciers de la maladie (avec une gestion tout aussi détestable de leurs périmés), j'ai du mal à envisager de les voir tomber dans l'escarcelle des grandes surfaces.

Pourtant, Michel-Edouard Leclerc, le Robin des Bois du Pouvoir d'Achat, sautant sur cette occasion providentielle, lance donc une nouvelle campagne médiatique pour obtenir l’autorisation de vendre des médicaments non remboursés dans son réseau de parapharmacies. Sa promesse: faire baisser les prix de 25%. Ineptie ! Baliverne ! Fadaise ! Il n'y a qu'à observer les produits déjà commercialisés dans le réseau de parapharmacies Leclerc pour se rendre compte qu'ils ne sont pas moins chers que dans des pharmacies classiques. Leclerc confond médicaments et marchandises, pharmaciens et chefs de rayons. Il considère le médicament comme un bien de consommation usuel banalifié à l'extrême. Or, le marché de la santé n'est pas extensible à l'infini. Inconsciemment, Leclerc encourage une surconsommation de médicaments en voulant les rendre plus abordables pour les français qui vont faire leurs courses le samedi après-midi. Qu'en est-il du rappel de la posologie dans ces conditions ?

Encore une fois, ceux qui nous gouvernent, sont aller lorgner du côté des Etats-Unis. Or, même ces derniers reviennent en arrière sur la libéralisation à outrance de leur réseau de distribution pharmaceutique après avoir connu une forte hausse d'accidents, d'intoxications ou d'intéractions douteuses entre les médicaments. Pour ma part, je vous propose d'aller plutôt observer le fonctionnement du système de santé suédois. En Suède, les pharmacies sont totalement nationalisées. Il y a un véritable monopole étatique sur la vente des médicaments. Dans ces très sérieuses Apotetek, le conseil est plus efficace que dans nos pharmacies françaises car radicalement opposé au principe même de rentabilité. De plus, une telle mesure aurait une conséquence évidente sur le financement de l'Assurance Maladie. En contrôlant le dernier échelon de la vente de médicaments, l'Etat en contrôle le prix et la consommation. Moins d'abus et donc, à la clé, une économie évidente au niveau de la Sécurité Sociale. Et puis, en Suède, les pharmacies étatiques sont autorisées à vendre le plus librement du monde des sex-toys et autres huiles érotiques des plus aguichantes...

8 commentaires:

Anonyme a dit…

VIVE LA SUEDE ET SA MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE! et la Marque Volvo si bon marché!vg

Anaël a dit…

Eh bien pour avoir vécu en Suède, il ne faut pas vendre le système comme un modèle où tout est gratuit. En plus des cotisations sociales retenues à la source, chaque suédois doit environ 120 € de franchise par an pour participer au système de santé...

La consultation est à près de 50 € chez un généraliste basique et il faut attendre minimum 2 semaines même en cas d'urgence pour obtenir un RDV, même dans une grande ville... Beaucoup de Suédois ne filent pas chez le médecin pour se soigner un peu tout et n'importe quoi et il est certain que cela influe grandement sur la somme totale des dépenses du régime d'assurance maladie...

Quand à la pharmacie, le conditionnement est préparé par le pharmacien qui donne le nombre exact de gélules/suppo/cachets pour la durée du traitement prescrite par le médecin, évitant ainsi les boites innombrables jamais terminées et les risques d'auto-médication futurs...

Sinon n'oublie pas de rapporter les propos du Président du Conseil national de l’Ordre des Pharmaciens, Jean Parrot, que tu as oublié de mettre entre guillemets ;)

Antoine a dit…

Oula... Loin de moi l'envie de faire passer l'idée d'une quelconque gratuité de la Santé en Suède... Mais si CHAQUE suédois doit environ 120 euros de franchise il n'y a pas de problème, c'est une mesure juste socialement et humainement ! Ce n'est qu'une question de rhétorique à propos de l'utilisation des prélévements...
Et peu importe que la consultation soit à 50 euros ou à 10 euros si c'est remboursé...
(en revanche, je trouve ça assez dingue le coup des deux semaines d'attente même en cas d'urgence...)

Anonyme a dit…

j'aimerai savoir ou tu fais tes inventaires !!!chez moi les labos n'offrent plus de vacances aux quatres coins du monde depuis belle lurette ..(mais si tu as des noms de labo je suis preuneuse !)
Quand à ma fonction de conseil je l'applique tous les jours dans ma petite pharmacie de quartier populaire de province sans arnaquer car si c'etait le cas on ne reviendrait plus chez moi !!!
Quand aux antidepresseurs qui estce qui les prescrit si ce n'est le medecin ?
Generaliser fausse ton analyse et je remarque que leclerc a su quand mme t'influencer puique pour toi pharmacien egale epicier .tu sembles ignorer le concours d'entree les 6 ans d'etudes et la thése de fin d'etudes ...bref se cantonner à pharmacien égale tiroir caisse est primaire .Je remarque aussi que ce milieu pourri te fais vivre ..pourquoi ne vas tu pas chez mac do gagner du fric sale ?
une pharmacienne de province

Antoine a dit…

Beh je fais mes inventaires aux quatre coins de Paris, des beaux quartiers aux quartiers populaires et en banlieue proche. Evidemment, sur la cinquantaine de pharmacies que j'ai l'occasion de "visiter", il y en a une dizaine de "correctes" mais les quarante autres sont détenues par des pourris de la pire espèce qui ne vivent que pour pouvoir faire des magouilles et profiter de multiples avantages qu'offre la profession... Mais sûrement est-ce plus intéressant pour les labos d'offrir des voyages à des pharmaciens ayant des pharmacies à La Défense, Montparnasse ou Reaumur-Sébastopol qu'à Trifouillis-les-Oies... Parce qu'en plus des voyages, il y a des dizaines et des dizaines de combines qui vont de la reprise des périmés (comme ça pas de prise de risque, les invendus sont rachetés au prix d'achat) au financement intégral de l'officine (écrans plasma...).

Je vais pas rentrer dans les détails dans les commentaires mais je pourrais faire une liste assez effarante des arnaques au FISC et aux assurances que je cautionne indirectement... Je n'ai pas attendu Leclerc pour considérer les pharmaciens comme des épiciers. Et chaque inventaire que j'ai l'occasion de faire me conforte dans mon idée. Récemment, un pharmacien repassait derrière moi pour remettre des produits périmés depuis un mois en rayon sous prétexte qu'il venait juste de se les faire livrer. Je ne suis pas sûr que mon épicier oserait faire une chose pareille. Et le niveau d'étude (tu appelles études du bourrage de crâne pathétique ?) n'y change pas grand chose. La preuve, la plupart des préparatrices n'en ont pas fait et c'est généralement elles qui font tout le boulot derrière leur comptoir...

Quant à Mc Do, j'ai déjà donné... Et la situation n'est ni pire ni meilleure là-bas... Mais quand on est étudiant, pas issu d'un milieu aisé, il faut bien gagner de l'argent...

Anonyme a dit…

ES tu SUR de toi as tu VRAIMENT VU des VOyages offerts ?(cest strictement interdit depuis plus de 20ans ) si oui ton info m'interesse ...je n'habite pas a trifouillis les eaux mais dans une prefecture du sud et suis deleguee syndicale ...alors je vais me pencher SERIEUSEMENT sur ton INFO !et voir ce qui se passe A PARIS !!!
quand au reste ..les etudes je ne vais pas rentrer dans les détails simplement je te dirais que face a la loi cest le pharmacien qui est responsable d'une ordonnce s'il y a une erreur faite par le prescripteur ce nest ni ce dernier ni le preparateur ...

Anonyme a dit…

en tout cas tout ces réacs gavés par le fruit des conquêtes ouvrières, les soufrances des travailleurs, me dégoutent.

Quand on pense que Manouchian, Moquet, timbault, Poulmach... Fabien sont mort pour ça.

Que Seguy, Krasucky et d'autres encore ontété déporté pour finallement gaver ces réacs anti ouvrier, j'ai la haine.

AC

Anonyme a dit…

Bonjour,

je souhaite savoir si quelqu'un a déjà commandé sur le site www.santediscount.com. Est-ce un site sérieux?
c'est un site vendant des produits de pharmacie à prix discount. mais je ne trouve aucun commentaire sur ce site sur le web. Je vous interroge donc!

d'avance merci pour vos réponses.